Le camp de Beaune à Rolande

39-45 : La guerre des enfants

Le camp de Beaune à Rolande

Raymonde Nowodworski, 13 ans en 1942 : « Quand on est venu nous arrêter à l’école, on a fait ce qu’on nous a dit de faire, on est donc rentrées, j’ai fait mon baluchon, on nous a emmenées dans un camion à Beaune à Rolande. »

Beaune à Rolande, une vingtaine de baraquements entourés de barbelés et de miradors où s’entassent les enfants de déportés. Présent sur place, un médecin témoigne : "Des autobus déchargent les enfants par groupe de mille au milieu de la cour, ils sont âgés de 2 à 12 ans. Les barbelés sont gardés par un détachement de gendarmes, la majorité d’entre eux, ne cache pas sa sincère émotion."

"On ne disait pas un camp de concentration on disait un camp d’internement, ce n’était pas pareil, il paraît. Enfin, je ne vois pas bien la différence."

Raymonde a promis à sa maman qu’elle s’occuperait de ses deux sœurs. Malgré la saleté, les maladies, le manque de nourriture, elle tient bon. Les pouvoirs publics sont très vite débordés par l’afflux d’enfants juifs, il en arrive chaque jour davantage. Trois mois après leur transfert à Beaune à Rolande, Raymonde et ses sœurs sont évacuées du camp. Elles se retrouvent à Paris, dans un centre d’hébergement pour enfants juifs créé par Vichy.

 

RÉALISATEUR :
Fanny Glissant, Jean Labib
AUTEUR(S) :
Julien Johan, Michèle Durren, Manon Pignot
COPYRIGHT :
2017
PRODUCTION :
2017
DIFFUSION :
2017
PRODUCTEUR(S) :
COMPAGNIE DES PHARES ET BALISES en coproduction avec RÉSEAU-CANOPÉ, avec la participation de PLANETE +, RTBF, ICI RDI, RTS et de FRANCE TÉLÉVISIONS
En partenariat avec

Réseau Canopé édite des ressources pédagogiques transmédias (imprimées, numériques, mobiles, TV), répondant aux besoins de la communauté éducative. Acteur majeur de la refondation de l’école, il conjugue innovation et pédagogie pour accompagner l’école dans l’ère du numérique.

Votre avis